Nos coordonnées
Club Astronomique de la Région Lilloise
Vous êtes ici : > Brèves Internationales






Sélection des instruments scientifiques destinés à leur première mission martienne .

mercredi 4 août 2010


Quelques autres brèves
de cette rubrique :

MERCREDI 13 AOÛT
Tempête sur Uranus !
DIMANCHE 10 AOÛT
Pluton et Charon vus pas la sonde New Horizon
MARDI 29 JUILLET
L'ATV5 prêt à partir pour l'ISS
DIMANCHE 27 JUILLET
E-ELT : la construction démarre !
DIMANCHE 27 JUILLET
Les caractéristiques de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko
MERCREDI 20 MARS
Une magnifique spirale embellie par une supernova sur le déclin.
MARDI 12 MARS
Premiers résultats cosmologiques de la mission Planck de l'ESA
LUNDI 11 MARS
Avec Galileo, l'Europe détermine sa position en toute autonomie
VENDREDI 12 OCTOBRE
L'intriguante découverte de Curiosity sur Mars.
MERCREDI 14 DÉCEMBRE
Les collaborations ATLAS et CMS présentent l'avancement de leur recherche du Higgs



L'ESA et la NASA ont sélectionné les instruments scientifiques destinés à leur première mission martienne conjointe. Prévue en 2016, celle-ci étudiera la composition chimique de l'atmosphère de Mars, y compris son mystérieux méthane. Découvert en 2003, ce gaz pourrait indiquer la présence de vie sur la Planète Rouge.

La NASA et l'ESA ont entrepris un programme commun d'exploration de cette planète, qui constitue une alliance inédite en vue de futures aventures martiennes. L'Orbiteur d'étude des gaz à l'état de traces d'ExoMars est la première d'une série de missions conjointes prévues pour rapporter des échantillons de sol martien. Les scientifiques du monde entier ont été conviés à proposer des instruments pour ce véhicule.

" Pour une exploration complète de Mars, nous devons rassembler tous les talents existants ", déclare David Southwood, Directeur Science et Exploration robotique de l'ESA. " A présent, la NASA et l'ESA unissent leurs forces pour la mission de l'Orbiteur d'étude des gaz à l'état de traces d'ExoMars. L'un de ses objectifs consiste à caractériser l'atmosphère de la planète, et notamment à rechercher des gaz à l'état de traces comme le méthane. "

" C'est en 2003 que nous avons pour la première fois détecté ce gaz, grâce à Mars Express ; depuis, la NASA a clairement confirmé sa présence. Cartographier le méthane nous permettra d'approfondir cette question essentielle : Mars est-elle une planète vivante, et, si tel n'est pas le cas, peut-elle le devenir ou le deviendra-t-elle ? "

L'ESA et la NASA ont désormais sélectionné cinq instruments scientifiques parmi les dix neuf proposés en janvier 2010, en réponse à un appel à propositions pour la première mission. Ces instruments, qui présentent un très grand intérêt scientifique ainsi que de faibles risques, seront développés par des équipes internationales de chercheurs et d'ingénieurs situés de part et d'autre de l'Atlantique.

" Jusqu'à présent, la NASA et l'ESA ont, chacune de leur côté, fait des découvertes extraordinaires ", déclare Ed Weiler, Administrateur associé de la Direction des missions scientifiques de la NASA à Washington. " Ensemble, nous réduirons les doublons, nous accroîtrons nos capacités et nous obtiendrons des résultats auxquels nous ne serions jamais parvenus séparément ".

Les instruments scientifiques sélectionnés sont les suivants :
-  un spectromètre par occultation pour l'étude des molécules à l'état de traces dans l'atmosphère martienne (MATMOS). Ce spectromètre infrarouge détectera les infimes concentrations de composants moléculaires présents dans l'atmosphère. Responsable de recherche : Paul Wennberg, California Institute of Technology, Pasadena (Etats-Unis). Pays participants : USA, CDN.
-  un spectromètre haute résolution à visée au nadir et occultation solaire (SOIR/NOMAD). Ce spectromètre infrarouge détectera les composants à l'état de traces de l'atmosphère et en établira la cartographie à la surface de la planète. Responsable de recherche : Ann Vandaele, Institut d'aéronomie spatiale, Bruxelles (Belgique). Pays participants : B, I, E, GB, USA, CDN.
-  un sondeur climatique pour ExoMars (EMCS). Ce radiomètre infrarouge mesurera quotidiennement, à l'échelle globale, les poussières, la vapeur d'eau et les espèces chimiques de l'atmosphère, afin de contribuer à l'analyse des données de spectrométrie. Responsable de recherche : John Schofield, Jet Propulsion Laboratory, Pasadena (Etats-Unis). Pays participants : USA, GB, F.
-  un imageur stéréo couleur haute résolution (HiSCI). Une caméra fournira des images stéréo en quadrichromie avec une résolution de 2 m par pixel sur une fauchée de 8,5 km. Responsable de recherche : Alfred McEwen, Université d'Arizona, Tucson (Etats-Unis). Pays participants : USA, CH, GB, I, D, F.
-  une expérience d'imagerie globale de l'atmosphère martienne (MAGIE). Une caméra grand angle multi-spectrale fournira des images globales en soutien des autres instruments. Responsable de recherche : Bruce Cantor, Malin Space Science Systems, San Diego (Etats-Unis). Pays participants : USA, B, F, RUS.
-  outre l'Orbiteur d'étude des gaz à l'état de traces, la mission de 2016 emportera un véhicule européen de démonstration pour l'entrée, la descente et l'atterrissage. Le lancement de l'ensemble de la mission sera assuré par un lanceur de la NASA.

La mission ExoMars suivante, prévue en 2018, comportera deux robots mobiles : un européen équipé d'un système de forage, et un américain capable de stocker des échantillons en vue d'un éventuel retour sur Terre, ainsi qu'un atterrisseur de la NASA. Cette mission sera également lancée par la NASA.

Ces activités doivent servir de base à un programme mené en coopération, afin d'accroître le retour scientifique et de conduire les deux agences à mettre en place une mission conjointe de retour d'échantillons martiens dans les années 2020







Imprimer





LOGO SPIP | Nos coordonnées | Sommaire | Résumé long | Plan du site | Statistiques | Rédaction |