Nos coordonnées
Club Astronomique de la Région Lilloise
Vous êtes ici : > Techniques > Infos utiles






Le ciel l'hiver à l'oeil nu ou aux jumelles

Popularité : 12 %


Publié le : vendredi 6 février 2004, par  Jean DAVID





Dans la même rubrique :

Astres aplatis ou déformés
C'est plus loin qu'on ne le pense !
Coordonnées de quelques lieux du Nord de la France
Le ciel au printemps à l'oeil nu ou aux jumelles

Rubriques voisines :

Logithèque



Le ciel d'hiver n'est pas extraordinairement riche en objets célestes visibles à l'oeil nu, mais ce sont sans doute les plus spectaculaires. Au sommet de la hierarchie se place la grande nébuleuse d'Orion (M42), l'un deux deux seuls nuages de gaz discernables depuis l'hémisphère Nord. Les amas ouverts les plus proches la secondent admirablement : les Pléiades, les hyades et le double amas de Persée sont autant de petites merveilles accessibles facilement. Enfin, nul besoin d'aide pour voir l'une des plus proches étoiles, Sirius, puisque c'est la plus brillante de tout le ciel.

Suivez le guide...

Le double amas de Persée (NGC 869 et 884) :

Le double amas de Persée - 11.6 ko

A l'oeil nu, ces deux amas ouverts très proches l'un de l'autre sont visibles sous la forme de deux petites tâches floues. Mais aucune des étoiles qui les composent n'est discernable individuellement. En effet, la plus brillante d'entre elles atteint seulement la magnitude 6,3, théoriquement inaccessible sans instrument, même sous un ciel bien noir (comme il n'en existe presque nulle part en Europe). Dans les zones urbanisées, le double amas de Persée devient totalement invisible à moins d'utiliser des jumelles.

-  Magnitude : 4,3 et 4,4
-  Distance : 7 400 a-l
-  Localisation : facilement repérable entre êta Persei et Ruchbah (Delta Cassiopeiae), dans la constellation de Persée.
-  Coordonnées : AD = 1h 25,7mn D = +60° 13,6"


Une Grande Ourse en modèle réduit : Les Pléiades

L'amas ouvert des Pléiades - 13.5 ko

Ce groupe de jeunes étoiles massives est facilement repérable dans le ciel d'hiver. Avec une bonne vue et peu de pollution lumineuse, il est possible de voir six ou sept de ses étoiles principales. Elles semblent dessiner une forme de casserole qui rappele la constellation de la Grande Ourse. Les trés bons observateurs arrivent à percevoir neuf à onze étoiles dans cet amas, qui n'apparaît que conne une tâche brillante aux personnes un peu myopes.
Mais, outre la nécessité de disposer d'une excellente vue, cette performance exige un ciel parfaitement noir et stable. Pour mémoire, sachez tout de même que le record appartient à Carl von Littrow, qui en décela seize ! Ce nombre est atteint aisément avec la moindre paire de jumelles. Alcyone, l'étoile la plus brillante des Pléiades, a une luminosité 1000 fois plus forte que notre Soleil. Comme les autres, elle est entourée de nébulosités qui ne sont perceptibles qu'à l'aide d'un télescope.

Elles ont pour nom par ordre décroissant d'éclat : Alcyone, Atlas, Electre, Maïa, Mérope, Taygète, Pléione, Celaeno et Astérope.

-  Magnitude : 1,2
-  Distance : 400 a-l
-  Localisation : à 13° 50' à l'ouest d'Aldébaran (Alpha Tauri) dans la constellation du Taureau.
-  Coordonnées : AD = 3h 46,2mn D = +23° 55,4"


Trés proche un amas ouvert : Les Hyades

Ses étoiles sont moins brillantes que celles des Pléiades, mais l'amas des Hyades est trés étendu : environ 4°30', soit neuf fois le diamètre apparent de celui de la Pleine Lune. Dans la réalité, cela représente un diamètre de 8 a-l. Les Hyades sont facilement reconnaissables à côté de la rouge Aldébaran (qui n'en fait pas partie), car elles forment une sorte de "V" que l'on appelle la tête du Taureau. L'amas est en fait plus étendu que cela puisque des étoiles moins brillantes lui appartenant s'étendent sur 24°, soit 80 a-l.
L'ensemble est animé d'un mouvement propre qui le mène très lentement dans la direcion de Bételgeuse (dans la constellation d'Orion).
En 1998, grâce aux données recueillies par le satellites européen Hipparcos, les astronomes ont pu dresser la carte en trois dimensions de cet amas dont les étoiles ont un âge relativement jeune, qui ne dépasse pas 625 millions d'année.

-  Magnitude : indéterminable
-  Distance : 151 a-l
-  Localisation : juste à côté d'Aldébaran (Alpha Tauri), dans la constellation du Taureau.
-  Coordonnées : AD = 4h 35,8mn D = +16° 30,4'


La grande nébuleuse d'Orion

La nébuleuse M42 ressemble au premier coup d'œil à une étoile floue situé entre deux autres étoiles formant l'épée d'Orion, suspendue à son baudrier. Elle est si lumineuse qu'on peut même la voir dans le ciel blanchâtre des grandes villes. Cependant pour bien apprécier toute son étendue (prés de deux fois celle de la Pleine Lune), il est indispensable d'observer loin des lumières parasites. A l'aide de jumelles ou d'une lunette de 60mm, il sera alors possible d'apercevoir en son centre les étoiles centrales que l'on nomme Trapèze.
Ces quatre étoiles émettent une grande partie du rayonnement qui rend la nébuleuse luminescente. M42 est en effet l'un des rares objets dont on puisse voir la couleur ! Avec des instruments plus puissants, c'est alors un spectacle fabuleux que l'on ne se lasse plus de contempler. Pour la petite histoire, M42 a été la première nébuleuse photographiée : c'était en 1880 Par Henry Draper, à l'aide d'un instrument de 280mm (la pose avait durée 51 minutes !).

-  Magnitude : 4
-  Distance : 1 500 a-l
-  Localisation : évidente à l'oeil nu au-dessous du baudrier d'Orion, dans la constellation d'Orion.
-  Coordonnées : AD = 5h 35,3mn D = -5° 27,3'


Une des plus proches étoiles : Sirius

Cette étoile éclatante, qui irradie de sa lumière blanc-bleu, est la septième par ordre croissant de distance en partant du Soleil. Une naine blanche l'accompagne mais reste invisible à l'œil nu et se révèle que très difficilement dans les télescopes.
Ce compagnon, Sirius-B, fut découvert visuellement en 1862 et identifié comme une naine blanche, par un spectre obtenu en 1915, au télescope de 1,5m du Mt Wilson (USA).

Depuis la découverte de Sirius-B, plusieurs observations sont venues suggérer l'existence d'un autre compagnon. Le système a été observé d'abord visuellement puis photographiquement pour déterminer les caractéristiques de l'orbite. A plusieurs reprises, un compagnon visible fut noté durant les années 1920-1930.
Plus récemment, une étude détaillée des écarts orbitaux résiduels a conclu à l'existence possible d'une étoile de faible masse (Benest et Duvent 1995, A&A 299, 621)

Bien qu'invisible à l'oeil nu, les tribus du peuple Dogon, au Mali, connaissaient également l'existence de Sirius-B au début du XXème siècle.
Ayant eu jusqu'alors peu ou pas de contacts avec le monde occidental, comment ont-ils pu accéder à ce savoir ?

Les prêtres égypsiens observèrent que le début des inondations dues à la crue du Nil correspondait avec le lever héliaque de Sothis (Sirius). Ils fixèrent le début de l'année au premier jour du premier mois (Thot) de la saison Akhet.

Akhet : Période pendant laquelle se produisait la crue du Nil.
Chaque année le Nil débordait et inondait les rives, pendant cette saison, les cultures étaient impossible, et souvent, les paysans étaient volontaires ou recrutés pour la corvée sur les chantiers des grands monuments.
(Périodes :Thot, Paophi, Athyr, Khoïak)

Pert : Lors du retrait des eaux de la crue, les champs étaient recouvert du limon qui fertilisait les terres. C'est la saison de la semaille et les paysans regagnent les champs sans attendre.
Ils sont aidés dans cette tache par les porcs à qui l'on fait piétiner les graines afin de les enfoncer dans le sol humide.
(Périodes : Tybi, Meshir, Phamenoth, Pharmouthi)

Shemou : C'est la période des moissons, les récoltes sont stockées dans des greniers, Une partie est utilisée pour nourrir la population, une partie est réservée aux échanges commerciaux (L'argent n'existe pas sur les deux-terres) et une partie est stockée en prévision d'une période de famine.
(Périodes : Pakhons, Payni, Epiphi, Mesorê)

-  Magnitude : -1,6
-  Distance : 8,61 a-l
-  Localisation : à l'est d'Orion, l'étoile la plus brillante, dans la constellation du Grand Chien.
-  Coordonnées : AD = 6h 45,1mn D = -6° 43,3'


Crédits :
-  Guide touristique du ciel par Philippe HENAREJOS
-  RedShift 4 Edition Alsyd Multimédia
-  Sirius étoile phare de l'astronomie
-  Les princes du Nil



Imprimer cet article




Auteur :


Jean DAVID

0
 



0  




LOGO SPIP | Nos coordonnées | Sommaire | Résumé long | Plan du site | Statistiques | Rédaction |