Nos coordonnées
Club Astronomique de la Région Lilloise
Vous êtes ici : > Dossiers > Petite chronique zodiacale de Bernadette






LE SAGITTAIRE

Popularité : 34 %


Publié le : jeudi 28 février 2013, par  Bernadette JARDEZ





Dans la même rubrique :

LE BELIER
LA BALANCE
LA VIERGE
LE CANCER
LE LION
LE SCORPION
LE TAUREAU
LES GEMEAUX
OPHIUCHUS, LE SERPENTAIRE

Rubriques voisines :

L'Année Mondiale de l'Astronomie 2009
Le transit de Vénus 2004
Le transit de Vénus 2012



Le Sagittaire signifie « l'archer » on le surnomme aussi l'arcifère, le porteur d'arc. Le Soleil traverse la constellation du 18 décembre 2012 à 1 H jusqu'au 19 janvier 2013 à 13 H.

Dans la mythologie grecque plusieurs légendes évoquent le centaure, être mi-cheval mi-homme. Mais celle que je préfère est celle de Chiron, fils du titan Cronos qui pour séduire l'océanide Philéra prend la forme d'un cheval. A l'opposé des autres centaures, êtres frustres et cruels, Chiron se distinguait par sa sagesse et sa science. Artémis et Apollon lui ont enseigné la chasse, la médecine, la musique et la divination. Par sa connaissance des plantes, il avait l'art de guérir. C'est le centaure qui a enseigné la médecine à Asclépios et la musique à Achille.

Deux tableaux, entre autres œuvres, évoquent l'enseignement d'Achille par Chiron :

•Un Rubens ( 1630-1632) au Muséum Boijmans van Beuningen à Rotterdam.

•Un Pompéo Batoni en 1746 aux Offices de Florence.

Les principales étoiles du Sagittaire sont :

•Kaus Australis (epsilon Sgr) distante de 145 a.l. et dont la magnitude apparente est de 1,79 appartient à la classe B 9.5 III, Kaus en arabe signifie l'arc.

•Nunki (sigma Sgr) : son nom retrouvé par l'archéologue R.H Allen en 1889 vient de l'assyrien ou du babylonien. Elle est à 224 a.l de nous et sa magnitude est de 2,05. Sa classe est B 2.5V

•Ascella (dzéta Sgr) son nom est « l'aisselle » en bas latin, elle est à 89 a.l de nous et sa magnitude est de 2,60. C'est une étoile binaire constituée de deux géantes de type A

•Kaus Media (delta Sgr) à 306 a.l de nous, c'est peut-être une étoile multiple ou système stellaire, qui contient plus de trois étoiles dont les orbites sont imbriquées les unes dans les autres de manière stable. Ici il y a quatre étoiles, une géante de type K 3 III dont le rayon vaut 62 fois celui du Soleil et la masse 5 fois celle de notre étoile. Sa magnitude totale de 2,72 correspond à une luminosité 1180 fois plus forte que celle de notre astre central. Les trois autres étoiles de très faibles magnitudes apparentes forment peut-être un système lié gravitationnellement à la géante mais, il se peut que cela ne soit qu'un système optique.

•Repérer la constellation est simplifié quand on sait que les Anglais y voient un astérisme : la théière. Le haut du couvercle de « the teapot » est la cinquième étoile la plus brillante du Sagittaire : Kaus Boréalis (lambda Sgr), géante orange de type K, elle brûle actuellement de l'hélium pour donner du carbone et de l'oxygène. A 77 a.l de la Terre, elle a une magnitude apparente de 2,82. Proche de l'écliptique, elle est parfois occultée par la Lune et plus rarement par une planète. La dernière planète l'ayant occultée est Vénus le 19 novembre 1984.

La constellation contient de nombreuses merveilles, amas globulaires, amas ouverts et nébuleuses, des nuages sombres et la galaxie de Barnard.

•Parmi les nébuleuses citons M8, la nébuleuse de la lagune visible à l'œil nu dans de bonnes conditions. C'est un immense nuage d'hydrogène et de poussières éclairé par une super géante bleue de type O : l'étoile 9 Sgr.M8 est à 5000 a.l de nous, son diamètre apparent est trois fois celui de la pleine Lune.

La région la plus brillante a la forme d'un sablier, éclairée par l'étoile Herschel 36, il peut s'agir d'un lieu de formation d'étoiles. La nébuleuse contient le bel amas ouvert NGC 6530, ces étoiles jeunes, très chaudes de type O et B sont nées du nuage.

•M24 classé dans les amas ouverts, est en réalité une portion lumineuse de la Voie Lactée. Parfaitement visible à l'œil nu dans un ciel de campagne, la zone apparaît comme une tache floue. Se superposent à cette région riche et complexe deux nuages obscurs B92 et B93.

•NGC 6822, la galaxie de Barnard, est une galaxie irrégulière barrée distante de 1,5 millions d'années de lumière environ. Découverte par E.E.Barnard en 1881, elle a la particularité d'être le tout premier objet extra galactique démontré par Edwin Hubble en 1925. Grâce aux travaux d'Henrietta Leavitt menés entre 1910 et 1920 sur les céphéides à l'université de Harvard, Hubble détermine la distance qui nous sépare de cette « nébuleuse » car elle contient 11 de ces étoiles variables. L'univers vient de changer de dimension. Notre Voie Lactée ne constitue pas à elle seule les limites de l'univers, d'autres ensembles d'étoiles similaires existent à des distances énormes. Pourtant NGC 6822 est une des galaxies les plus proches de la nôtre, elle appartient au groupe local.

•Le centre galactique se situe dans le Sagittaire.

Entre nous et le centre galactique, centre de rotation de la Voie Lactée, de la poussière le rend inobservable dans les longueurs d'ondes du visible, des UV et des rayons X. On l'étudie en infrarouges, en ondes submillimétriques et ondes radio et à l'autre bout du spectre en rayons X durs et rayons gamma. Coïncidant avec le centre gravitationnel de la galaxie se trouve une source ponctuelle et puissante d'ondes radio : Sagittarius A*que de nombreux astronomes associent à un trou noir super massif de 3 ou 4 millions de masses solaires. Le trou noir étant de petite taille (14 rayons solaires), on ne peut pas distinguer sa silhouette, les ondes radio proviendraient du disque d'accrétion qui l'entoure. La matière en s'abîmant dans le trou noir serait à la source des ondes. Le centre galactique se situe à 8 kilo parsecs de nous.

Sous le signe du Sagittaire.

Annie Jump Cannon est née le 11 décembre 1863. Sa mère, Mary Jump, astronome amateur, l'initie très tôt à reconnaître les constellations, elle construit même un observatoire de fortune dans le grenier familial et note consciencieusement ses observations. Son père, Wilson Cannon, constate les aptitudes intellectuelles de sa fille et la pousse à faire des études. Annie sortira du Wellesley Collège en 1884 nantie d'un diplôme universitaire en sciences physiques. Elle aurait préféré un diplôme d'astronomie mais cela n'existait pas encore.

En 1892 elle se rend en Espagne pour observer une éclipse de Soleil, son appareil photo à la main, elle en profite pour sillonner l'Europe. Toute sa vie elle aura la passion des voyages.

Après la mort de sa mère, elle décide de retourner à l'université. Engagée à Wellesley comme assistante, elle participe, en 1896, aux premières expériences sur les rayons X réalisées aux Etats-Unis. Rattrapée par sa passion d'enfance pour l'astronomie, elle s'inscrit au Radcliffe Collège et décroche un diplôme dans ce domaine. C'est là qu'elle rencontre Pickering qui lui confie l'analyse des spectres des étoiles australes. En 1900 elle entreprend l'analyse des spectres à haute résolution de 1122 étoiles. Elle découvre très vite, avec Antonia Maury chargée des étoiles boréales, que le système de classement de Williamina Fleming n'est pas parfait. Celle-ci avait inventé quatorze groupes de A à O en omettant le J qui en allemand, langue scientifique de l'époque, ressemble trop à I. Avec la bénédiction de Pickering Annie élabore une nouvelle classification des étoiles O B A F G K M chaque « type spectral » est subdivisé en dix sous classes numérotées de 0 à 9. Adoptée par l'International Solar Union en 1910 comme classification officielle, ce système est encore utilisé de nos jours.

Pour retenir l'ordre des types spectraux on utilise une petite phrase mnémotechnique : « Oh, Be A Fine Girl, Kiss Me » que les femmes disent « Oh, Be A Fine Guy, Kiss Me ». Après avoir introduit 225 300 étoiles au catalogue HD, et revenant à ses premières amours, cataloguer les étoiles variables, elle repéra la dix millième en 1939. Elle attendra ses 75 ans pour que l'université lui attribue un poste d'astronome officiel, alors qu'elle est connue dans le monde entier. Elle meurt le 13 avril 1941 sans voir achevé l'extension du catalogue HD que d'autres termineront.

On peut remarquer que cette classification correspond à un ordre décroissant de température. C'est pourquoi, sur le diagramme HR les étoiles chaudes (de type O) sont à gauche et les étoiles froides ( de type M) sont à droite. On peut ainsi indiquer sur le diagramme HR, en plus de la couleur et de la température de surface, le type spectral. Le Soleil est de type G2.

Par sa position centrale sur le diagramme HR le Soleil semble être une étoile moyenne. Toutefois les étoiles ne sont pas distribuées uniformément sur le diagramme. Si 80% des étoiles sont sur la séquence principale, 90% de celles-ci sont moins brillantes que le Soleil. Ce sont les étoiles de type M qui représentent 70% de l'ensemble des étoiles et à peine 10% des étoiles de la galaxie sont plus lumineuses que le Soleil. Les étoiles M de la séquence principale, même la plus proche de nous, sont invisibles à l'oeil nu. Se sont les géantes et super géantes ou des étoiles de la séquence principale de types O, B ou A qui dominent visuellement notre ciel bien qu'elles soient relativement rares dans la galaxie.



Imprimer cet article




Auteur :


Bernadette JARDEZ

0
 



0  




LOGO SPIP | Nos coordonnées | Sommaire | Résumé long | Plan du site | Statistiques | Rédaction |