Nos coordonnées
Club Astronomique de la Région Lilloise
Vous êtes ici : > Dossiers > Petite chronique zodiacale de Bernadette






LE SCORPION

Popularité : 14 %


PETITE CHRONIQUE ZODIACALE DE BERNADETTE


Publié le : mercredi 31 octobre 2012, par  Bernadette JARDEZ





Dans la même rubrique :

LE BELIER
LA BALANCE
LA VIERGE
LE CANCER
LE LION
LE SAGITTAIRE
LE TAUREAU
LES GEMEAUX
OPHIUCHUS, LE SERPENTAIRE

Rubriques voisines :

L'Année Mondiale de l'Astronomie 2009
Le transit de Vénus 2004
Le transit de Vénus 2012



Traversée par le Soleil du 22 novembre à 22 H au 29 novembre à 19 H, cette constellation est toujours très basse sur l'horizon, la queue de l'animal n'est pas visible aux latitudes supérieures à 45°N. Déjà identifiée par Ptolémée, le scorpion avait alors des pinces plus longues. Les extrémités de celles-ci devinrent par la suite les plateaux de la balance.

Au centre du thorax brille un phare couleur rubis : Antarès (alpha sco) de magnitude 1, ainsi nommée car, par sa couleur rouge, elle rivalise avec la planète Mars (Arès en grec). Anti-Arès est une super géante rouge en fin de vie. Elle est située à 520 a.l de nous et sa taille est telle qu'elle engloberait l'orbite de Mars si elle était à la place du Soleil. Antarès perd beaucoup de matière, elle est entourée d'une nébuleuse IC 4666 ; Elle possède également un compagnon de magnitude 6,0 de couleur vert bleu, elle est légèrement variable.

Les autres étoiles facilement visibles à l'oeil nu forment la tête de l'arthropode. Au centre se trouve Dschubba (delta sco) son nom signifie en arabe « le front ». C'est une étoile bleue mille six cents fois plus lumineuse que notre Soleil ( mag 2,29). Située à 400 a.l. de nous environ elle a deux compagnons. Sa position près de l'écliptique permet à la Lune de l'occulter de temps en temps, ce qui arrive aussi à quelques planètes, mais beaucoup plus rarement. De part et d'autre de Dschubba on trouve Akrab (bata sco) le scorpion en arabe et Vrischika (pi sco) le scorpion dans la mythologie hindoue. Cette dernière est une étoile triple. A est une binaire composée de deux naines bleues distantes de 15 rayons solaires, la période de révolution est de 157 jours. B a une magnitude très faible elle est séparée de A d'au moins 7000 U.A.

Plusieurs objets du ciel profond sont observables dans le scorpion.

Des amas ouverts comme l'amas du papillon (M6) ou l'amas de Ptolémée (M7), NGC 6231 et NGC 6322 ne sont pas accessibles pour la plupart sous nos latitudes. On se rattrapera en observant, pendant les mois d'été, des amas globulaires comme M4 ou M80. La constellation contient aussi des nébuleuses diffuses mais, l'objet le plus intéressant est la source de rayons X située à 9000 a.l. de la Terre : Scorpius X-1. Découverte par Riccardo Giacconi en 1962, c'est la plus puissante source de rayons X du ciel après le Soleil. Il s'agit d'une étoile à neutrons qui arrache, par son intense gravité, de la matière à son étoile compagnon, ce qui forme un disque d'accrétion qui finit par tomber sur la surface en produisant une grande quantité de rayons X.

La découverte de cet objet marque le début de l'astronomie des rayons X. Riccardo Giacconi a été récompensé quarante ans plus tard par le prix Nobel de physique, en 2002.

Un peu de mythologie.

Envoyé par Artémis, vengeresse, pour tuer le chasseur Orion, l'arthropode est condamné à courir éternellement aux trousses d'Orion. L'été celui-ci disparaît sous l'horizon à l'ouest tandis que le scorpion apparaît à l'est.

Sous le signe du scorpion.

Samuel Heinrich Schwabe est né le 25 octobre 1789 à Dessau en Allemagne. Il est resté célèbre pour ses travaux sur les taches solaires. En 1826, Schwabe commence ses observations astronomiques, il cherche une nouvelle planète à l'intérieur de l'orbite de Mercure appelée provisoirement Vulcain. Pendant dix-sept ans il observe, quand le ciel est dégagé, une éventuelle tache sombre transitant devant le Soleil. Il notait également les taches solaires et, s'il n'a pas trouvé de planète, il a pu constater la variation du nombre de taches au cours du temps. Il publie un court article intitulé « Observations solaires durant 1843 » dans lequel il suggère une périodicité de dix ans entre deux maxima de taches. Rudolf Wolf directeur de l'observatoire de Bern est impressionné et poursuit les observations qui conduiront à la célèbre formule de Wolf en 1848 :

R = k( 10g + f )

R = Nombre de Wolf

k = Coefficient qui dépend des condition d'observation

g = Nombre de groupes de taches

f = Nombre total de taches

La périodicité des taches solaires est maintenant pleinement admise et Schwabe est reconnu comme l'auteur d'une des plus importantes découvertes en astronomie.
Samuel Heinrich Schwabe - 65.6 ko
Samuel Heinrich Schwabe



Imprimer cet article




Auteur :


Bernadette JARDEZ

0
 



0  




LOGO SPIP | Nos coordonnées | Sommaire | Résumé long | Plan du site | Statistiques | Rédaction |